Viandes et charcuteries : danger ?

Je ne prétends pas être un spécialiste mais quelques fois, j’ai la sensation d’être manipulé. Surtout par des groupes d’intérêt…

Je vous invite donc à commenter cet article.

On entend beaucoup parler du cancer du côlon et du rôle de la consommation de viande dans le développement de cette maladie. Dernièrement, plusieurs clients nous posaient des questions sur la charcuterie. Qu’en est-il réellement?

Une petite recherche m’a permis de trouver cet article que je me suis permis de traduire librement:

16 mars 2009
Rappelez-vous quand les groupes de défense des animaux ont déclaré la guerre à la charcuterie? Lorsque le Comité des médecins pour la médecine responsable (PCRM) a utilisé la mort de Tony Snow comme une occasion de parler de la dépendance au pepperoni» américaine, et lorsque son Cancer Project a diffusé un spot TV, énormément impopulaire, utilisant des enfants pour rebaptiser les hot-dogs comme le nouvel agent du cancer? Eh bien: selon une étude de grande ampleur de l’American Journal of Clinical Nutrition (AJCN), les végétariens ne peuvent pas éviter le cancer colorectal en passant sur le pastrami. En fait, les participants qui se sont abstenus de manger de la viande ont un taux significativement plus élevé de cancer du côlon que les participants qui en ont mangé comme le reste d’entre nous.

Depuis sa parution en 2007, les végétaliens activistes ont eu beau jeu avec le rapport du Fonds mondial de recherche sur le cancer (WCRF), en soulignant le lien entre le cancer colorectal et la consommation de viande rouge et traitées. Comme nous l’avons soutenu auparavant, toutefois, le rapport de la WCRF laisse de côté la plus grande étude jamais réalisée sur la viande et les diagnostics de cancer du côlon, une étude de l’Université de Harvard que l’on trouve aucun lien entre les deux. Maintenant, les chercheurs britanniques, qui a publié l’étude AJCN, ont poussé le conflit encore plus loin: Non seulement le mouvement anti-viande à fait tort en disant aux gens que manger des rouges et des viandes transformées provoquent des cancers, mais il semble avoir compris la relation à l’envers.

Sur la base des 63.550 adultes étudié au Royaume-Uni dans les années 1990, les végétariens ont montré un taux de 39 pour cent plus élevé de cancer colorectal par rapport aux mangeurs de viande dans la nouvelle étude.

Ces nouveaux résultats peuvent être surprenant, mais la conclusion ne devrait pas être: les sandwichs au bologne ne sont pas plus une recette pour un cancer qu’une salade et du tofu. Et comme en plus d’Américains se disent préoccupés par leur système de sécurité alimentaire, il n’y a pas de place dans le discours public pour des groupes qui utilisent des fausses alertes alimentaires pour influencer nos choix de l’heure du dîner

Source URL: Consumer Freedom

 

Le risque de cancer du côlon augmente de 20 % si on consomme 20 grammes de charcuterie par jour. Sauf que si le risque de départ est de zéro, il restera… à zéro. Autrement dit, un enfant qui mange un sandwich au jambon de façon occasionnelle ne développera pas un cancer l’année suivante…  Source Télé Québec

 

…. la viande rouge était mauvaise et condamnait au cancer, en particulier si elle était cuite au barbecue : Ce type de cuisson générait l’émergence de carcinogènes qui chez l’animal causaient des mutations de l’ADN et des cancers. Qui n’a pas entendu psalmodier cette croyance ? Pourtant, selon Walter Willet, les preuves sont toujours attendues et les études épidémiologiques ne détectent aucun signal élevé chez les adeptes du barbecue. Et en ce qui concerne la viande rouge et le risque de cancer colique, si le risque existe , il reste faible : Si un homme de 50 ans  mange 150 grammes par jour de viande rouge,  risque de cancer  colorectal passe de 1,28% à 1,71 % au cours des 10 années qui suivent, un risque au demeurant très faible. Source DocBuzz

 

Et enfin, d’autres mythes sur la viande


 



Partagez sur:
Facebooktwittergoogle_pluspinterest
Merci !

Stéphane Gratton

Boucher d’expérience, a travaillé dans plusieurs chaines d’alimentation et dans des boucheries de quartier pour finalement s’établir à son compte en 2014 en achetant ce qui s’appelait Boucherie Chez Jacques établie dans le quartier Rosemont depuis plus de 50 ans.